Choisir son école de formation

plus d'info sur nos formations Plus d'info
sur nos formations

Un certain nombre de questions sont posées fréquemment lors des entretiens que nous réalisons avec nos futurs étudiants de la formation de Praticien en Santé Naturelle et conjointement avec les instances partenaires (pole emploi, conseil régional, faf, ..). Elles concernent le choix des centres de formation, très nombreux en France métropolitaine.

Voici quelques éléments à vérifier, avant de choisir votre future école de formation.

Les objectifs de formation

Ils doivent correspondre à votre projet. Pour cela, vous devez exposer votre projet auprès de l'organisme de formation choisi, à l'occasion d'un entretien. Cet entretien ne doit pas être fait « à la volée », juste pour enregistrer votre inscription, mais doit être réalisé par le responsable de formation, évaluant avec vous si la formation que vous avez choisie est pertinente et adaptée à votre projet. En effet, une formation est couteuse et demande souvent des sacrifices, autant financiers que familiaux. Vous ne pouvez pas vous permettre de vous tromper. Méfiez vous des promesses ou des discours trop rassurants, quant à la réussite de votre projet. S'installer en profession libérale demande des efforts, ils ne doivent pas être minimisés.

Le contenu de formation

Il ne doit pas comporter des matières comme l'homéopathie, les massages lymphatiques ou la pharmacopée chinoise, qui vous conduirait à pratiquer un exercice illégal de médecine, de masso kinésithérapie ou de prescription de plantes interdites en France. Méfiez vous aussi des techniques de médecine douces enseignées dans le but de traiter une pathologie : ceci est un exercice illégal de médecine. Le programme de formation doit mettre l'accent sur la différence entre un trouble fonctionnel et une pathologie. A ce titre, le programme de la formation de Praticien en santé naturelle de l'EIBE a été mis en place par des médecins, et déposé au ministère de la santé. L'EIBE est la seule école en France a avoir fait cette démarche, afin de garantir à ses futurs praticiens leur totale légitimité.

Le programme de formation

Il doit respecter une progression pédagogique, et enchainer les parties théoriques et pratiques. Pour cela, il doit être établie conjointement par l'ensemble des professeurs, afin d'éviter les redites ou les contradictions. De nombreuses écoles se contentent de « caler » des cours sous la forme d'interventions ponctuelles d'enseignants qui souvent ne se connaissent même pas entre eux. Vous devez vérifier que l'équipe pédagogique est soudée, et centrée vers un seul objectif, celui de vous transmettre la compétence dont vous avez besoin. Demandez à voir le programme de formation dispensé dans l'année universitaire, présenté jour par jour, et non pas par thème afin de juger du nombre d'heures précis de chaque matière et du planning pédagogique.

La certification

Elle est essentielle pour avoir une légitimité dans ce domaine. Mais ce ne doit pas être une simple attestation de fin d'étude. Elle doit être sanctionnée par des examens théoriques et pratiques sérieux. L'EIBE exige une note de 16/20 dans chaque matière. Les étudiants qui ratent une évaluation peuvent la repasser, sans surcout.

Le mémoire de fin d'étude

Comme toutes formations universitaires, l'école que vous choisirez doit vous permettre de sanctionner votre fin d'étude par la réalisation et la soutenance d'un mémoire. Ceci est indispensable pour vous apporter rapidement la compétence et la crédibilité professionnelle. C'est grâce à ce mémoire que l'étudiant diplômé peut présenter son travail auprès des différents partenaires (médecins, cliniques, hôpitaux, etc..) avec lesquels il souhaite établir une collaboration. L'EIBE est accréditée pour faire passer les mémoires professionnels sous forme de thèses de fin d'étude. Vous en trouverez un certains nombre sur notre site, afin de vous donner une idée du niveau d'étude acquis durant la formation.

Le titre de formation

Méfiez vous des titres « ronflants » de type « bio-énergéticiens naturo.. ». Ils ont mauvaise presse auprès des instances médicales, et comportent souvent des connotations sectaires. D'autre part, votre titre ne doit pas comporter le mot « médecine » comme praticien en médecine douce, praticien en médecine chinoise, car ce mot est réglementé par le code de la Santé. Un praticien en médecine, quelquesoit la médecine, doit être docteur en médecine (humaine ou vétérinaire). Ceci peut vous porter préjudice lors de votre installation, car peut amener un quiproquo sur l'exercice illégal de médecine. L'EIBE a soigneusement choisi et déposé le double titre Français (Praticien en Santé Naturelle et Praticien en Santé Bien-Etre) en tenant compte de la législation en vigueur. Ces titres sont déposés à l'INPI. D'autre part, nos élèves diplômés peuvent s'affilier à l'ASMAF (Association Scientifique des Médecins Acupuncteurs Français), gage d'un enseignement médical de très haut niveau. L'ASMAF est la seule organisation reconnue par les instances médicales.

Les coûts de formation

Vérifiez que le coût global de formation inclus bien tout le matériel pédagogique dont vous avez besoin (polycopiés, livres, huiles de massages, stick, stilo-mass, aiguilles d'acupuncture...). Le coût d'une formation universitaire sur une année varie selon les écoles et les universités entre 900 € et 6000 €. Méfiez vous des coûts supérieurs, demandez des justifications car il y a beaucoup d'abus dans ce domaine. Demandez un détail des frais (taux horaire des professeurs, loyer, matériel pédagogique et frais de gestion). Certaines écoles font 50 % de bénéfices sur les formations, ce qui n'est pas éthique dans le cadre d'un organisme de formation professionnelle.

Téléchargez le mémoire de Véronique Leskens
Téléchargez le mémoire de Jonathan Dunkan
Téléchargez le mémoire de Marie-Chantal Roques
Téléchargez le mémoire d'Edith Blouin